L’Harpagpophytum est une plante, mais pas n’importe laquelle, ses propriétés curatives ne font désormais plus l’ombre d’un doute dans le milieu de la phytothérapie.

Il s’agit entre autres de l’un des antidouleurs et des anti-inflammatoires naturels les plus efficaces connu.

Faisons donc un tour d’horizon sur cette plante médicinale aux nombreuses vertus thérapeutiques.

Harpagpophytum : origine et caractéristiques

L’Harpagpophytum est une plante médicinale africaine dont les vertus étaient déjà connues dans plusieurs régions d’Afrique australe et centrale, longtemps avant son introduction dans les contrées occidentales dès 1902.

En effet, depuis la Namibie jusqu’au Botswana en passant par le désert du Kalahari et par l’Afrique du Sud, les populations locales l’utilisaient pour soulager les douleurs et les inflammations.

Appartenant à la famille des Pedaliaceae, l’Harpagpophytum se sent parfaitement à l’aise dans les zones au climat chaud, et sur les terrains arides où la végétation se fait particulièrement rare.

Il s’agit ainsi d’une plante qui se caractérise par ses tiges rampantes, ses feuilles lobées et charnues, ses fleurs violacées en forme de trompette, sans oublier ses fruits ligneux aux extrémités crochues.

C’est d’ailleurs cette dernière caractéristique qui lui a valu le surnom de « griffe du Diable », d’autant plus que les animaux qui ont le malheur de se prendre dedans se débattent comme des possédés.

À noter que les parties les plus importantes de l’Harpagpophytum sont ses racines, même si en réalité ce sont surtout les racines secondaires (tubercules) qui sont le plus utilisées par les phytothérapeutes.
Les vertus curatives de l’Harpagpophytum lui viennent de ses nombreux principes actifs tels que : bêta-sitostérols, hétérosides, phytostérols, flavonoïdes, benzoquines, procumboside et harpagide.

En outre, la « griffe du diable » est un véritable concentré de fer, de calcium, de phosphore, de silicium, de cuivre, de potassium, et bien entendu de sels minéraux et de vitamines (C, B1, B2, B3, B5, B9, B12 et bêta-carotène).

Cependant, le plus grand principe actif de cette plante médicinale d’Afrique reste l’harpagoside, qu’elle contient en abondance et qui constitue la base même de sa renommée mondiale.

Les bienfaits de l’Harpagpophytum

Aussi connu sous le nom de « plante à grappin » du fait de ses crochets acérés, l’Harpagpophytum est un remède très efficace non seulement dans le soulagement des douleurs physiques, mais aussi des troubles hépatiques et gastriques.

Douleurs articulaires

Grâce à ses propriétés antalgiques, analgésiques et anti-inflammatoires, l’Harpagpophytum est ce qu’il y a de mieux pour apaiser les douleurs articulaires comme le rhumatisme, l’arthrose, l’arthrite ou encore la tendinite.

Douleurs musculaires

La « griffe du diable » est l’un des produits naturels qui s’avèrent le plus efficaces contre les courbatures, la myalgie ou toutes sortes de douleurs musculaires.

C’est donc à juste titre, s’il s’agit de l’antidouleur phare des sportifs et des habitués de l’effort physique en tout genre.

Mal de dos

Les personnes sujettes à des douleurs lombaires dues à l’âge ou à des efforts prolongés devraient pouvoir trouver du soulagement, à travers les principes actifs de l’Harpagpophytum.

Soins des pieds

Certaines affections douloureuses des pieds, comme la goutte par exemple, sont également soulagées par les vertus anti-inflammatoires et analgésiques des racines d’Harpagpophytum.

Le traitement peut se faire par application de cataplasme ou par absorption de décoctions. En outre, certaines lésions cutanées sont également traitées avec la « griffe du diable ».

Aide aux maux du tube digestif

Malaises intestinaux, diarrhées, constipations, flatulences, dyspepsies, aérophagie, etc. sont autant de troubles digestifs que la « griffe du diable » traite avec efficacité.

Aussi, outre le fait de combattre les douleurs d’estomac, cette plante médicinale aux nombreuses vertus agit également comme un apéritif naturel en stimulant l’appétit du consommateur.
Traite les troubles hépatiques

L’Harpagpophytum est une plante médicinale dont les propriétés diurétiques et de régulation du métabolisme ont été mises en évidence par des recherches effectuées dans le domaine hépatique.

Ainsi, son ingestion favoriserait selon les études menées, l’élimination des toxines, l’épuration et la bonne circulation du sang.

Formes et applications de l’Harpagpophytum

La « griffe du diable » se présente sous la plupart des formes possibles qu’on trouve dans la pharmacopée française.

Aussi, de façon générale, les racines de l’Harpagpophytum peuvent être transformées en gélules, en comprimés, en patchs, en capsules, en crème ou encore en poudre.

Il s’agit très souvent de compléments alimentaires à consommer en accompagnement de l’alimentation, ou d’huiles essentielles à appliquer directement sur la peau. Vous pouvez vous procurer ce genre de compléments sur le site https://www.nutrilifeshop.com/.

Effets secondaires et indésirables

Comme toute substance utilisée à des fins curatives, la consommation de racines d’Harpagpophytum peut avoir des effets qui peuvent être plus ou moins gênants selon l’individu.

Il peut s’agir entre autres d’allergies qui se manifestent le plus souvent par des éruptions cutanées, ou des brûlures gastriques.

De même, il est également possible que les consommateurs de cette plante soient sujets à des épisodes diarrhéiques, même si ce cas est le plus souvent rare.
Par ailleurs, au regard des possibles interactions avec d’autres substances médicamenteuses (hypertenseurs, anticoagulants, hypoglycémiants, antiarythmiques, etc.), il est recommandé de faire très attention au dosage.

Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle la consultation préalable d’un médecin est la meilleure chose à faire avant la consommation d’Harpagpophytum, surtout pour les femmes enceintes et les personnes sous traitements médicaux.

Conclusion

Eu égard aux vertus thérapeutiques de la « griffe du diable », on peut dire qu’il s’agit de la solution naturelle à privilégier par les personnes souffrantes de douleurs articulaires, musculaires, ou de troubles gastriques et hépatiques.

Cependant, comme recommandé avec les plantes, il faut veiller à utiliser de l’Harpagpophytum bio, cultivé de manière biologique dans le plus grand respect des normes environnementales.

En effet, il faut noter que le succès mondial connu par cette racine est ce qui risque de mener à sa disparition, puisqu’elle est depuis un bon moment surexploitée et surconsommée.