Agriculture

Stockage à plat : comment mettre en place un système de ventilation efficace ?

stockage à plat
Written by Irma Smith

Le stockage des céréales est une pratique indispensable tant pour le commerce que pour l’alimentation. Il permet en effet de conserver les grains dans les meilleures conditions pour pouvoir les utiliser au bon moment. Pour l’agriculteur, il contribue ainsi à la rentabilité de ses activités. Il pourra alors suivre l’évolution du marché afin de vendre ses céréales au meilleur moment à un bien meilleur prix.

Il existe plusieurs techniques qui permettent de conserver des céréales. Le stockage à plat se trouve parmi elles. Cette pratique nécessite toutefois une bonne maîtrise du système de ventilation.

Pourquoi opter pour un stockage à plat ?

Le stockage des céréales à plat consiste à les conserver dans un hangar conçu à cet effet. Avec une quantité de récoltes importante, ce type de stockage, dit stockage horizontal, est parfaitement adapté. Il permet également d’installer le lieu de stockage près de l’exploitation ou à la ferme, chez l’exploitant même. Il suffit alors d’aménager le terrain pour obtenir un entrepôt destiné à recevoir les grains. Il peut d’ailleurs être installé dans des bâtiments existants, à réadapter avec quelques aménagements. Dans un grenier ou un ancien bâtiment d’élevage par exemple.

En termes d’investissement, le stockage à plat est le moins coûteux qui existe sur le marché. Investir dans ce type de stockage est d’autant plus intéressant au fur et à mesure que les besoins en capacité de stockage augmentent. En dehors des périodes de récolte, l’entrepôt peut toujours servir comme garage pour les engins et le matériel de production par exemple.

ventilation stockage

 

Le système de ventilation en stockage à plat : pourquoi est-ce nécessaire ?

Le stockage des céréales n’est pas sans risque. Effectivement, sans un système de refroidissement efficace, elles se détériorent facilement après 48 h. Le stockage à plat est l’une des techniques mises en avant pour assurer une bonne aération pendant le stockage. Il s’appuie sur l’utilisation d’une cheminée de ventilation, qui peut être munie d’un ventilateur. Ces équipements permettent la diffusion de l’air dans le lieu de stockage, évitant la dégradation des grains.

Il faut savoir que l’humidité et la température de conservation jouent un rôle important dans la conservation des céréales. Ainsi, la ventilation est nécessaire dès le début de la mise en stockage. En effet, la respiration naturelle des grains peut rapidement humidifier le lieu de stockage, et engendrer ensuite la perte des matières sèches. D’autant qu’après leur récolte, les grains chauds effectuent une activité physiologique intense, générant une température entre 25 ° et 35 ° C. La ventilation consiste alors à réduire leur respiration naturelle grâce à la diffusion de l’air. L’objectif est de maintenir la température autour de 20 °C, la moyenne à respecter pour éviter la dégradation des grains.

En ce sens, la ventilation est une condition sine qua non pour maintenir la qualité des céréales en stockage. Elle participe ainsi à la rentabilité des activités de l’exploitant. Il sera alors en mesure de proposer des céréales de qualité, répondant aux normes appliquées sur le marché. Ce système de refroidissement contribue par ailleurs à éliminer les moisissures et les insectes. Ce qui réduit l’utilisation des insecticides.

Comment choisir les équipements de ventilation pour un stockage à plat ?

On trouve sur le marché différents modèles de cheminées pour le stockage à plat, adaptés à tous types de céréales, blé, orge, seigle, maïs, colza. Il faut toutefois vérifier la hauteur de la cheminée, qui doit être adaptée à celle du stockage. Il existe des modèles plus courts, avec une hauteur entre 2 et 6 m, et ceux qui dépassent les 6 m de hauteur.

Le débit spécifique, la quantité d’air insufflée par le ventilateur dans le temps (par heure ou par seconde), constitue un autre critère à considérer. En moyenne, il faut 1000 m3 pour 1m3 de grain. Avant de procéder à l’achat, un calcul entre le débit d’air proposé par le ventilateur et le temps nécessaire pour refroidir l’ensemble des grains s’impose. La pression nécessaire est d’autant plus importante lorsqu’il s’agit de grains de petite taille, comme le colza, qui laissent peu d’espaces entre eux pour la circulation de l’air. Les grains de grande taille tels que le maïs, en revanche, nécessitent moins de pression.

Quand faut-il effectuer la ventilation ?

Étant donné que les grains sont chauds après la récolte, la ventilation doit commencer dès leur mise en stockage. Elle doit durer entre 48 et 72 h. Quant à la température de l’air diffusée, elle doit se trouver aux alentours de 18 et 20 °C. La ventilation peut, dans certains cas, contribuer au séchage des grains. Une ventilation effectuée pendant 24 heures non-stop peut par exemple faire descendre leur taux d’humidité. Pour y parvenir, il faut toutefois choisir un ventilateur avec un débit spécifique qui est favorable au séchage. Tout dépend alors du taux d’humidité à respecter pour les grains. S’il ne peut être atteint avec le ventilateur, il faut penser à les faire passer au séchoir avant de les refroidir.

En règle générale, une autre ventilation doit avoir lieu en période hivernale, au début de l’hiver. Néanmoins, d’autres peuvent être nécessaires selon la température dans l’entrepôt. Il est donc important de la surveiller constamment. La ventilation prend fin lorsque la température des grains du dessus et celle de la base sont équivalentes à celle de l’air dans la gaine en avant du ventilateur. Il faudra les mesurer pour en être sûr.

Installation de stockage à plat : à quel prix ?

Le coût de l’installation va dépendre de l’aménagement de l’entrepôt et du prix des cheminées de ventilation. L’aménagement d’un bâtiment existant est par exemple moins coûteux que la construction d’un nouveau hangar. En ce qui concerne le prix des équipements, il est fonction de la technologie choisie. Il varie ainsi suivant les caractéristiques techniques du système.

Il faut également compter les frais liés à l’installation des dispositifs de diffusion de l’air. La forme et la taille du bâtiment de stockage déterminent l’ampleur des travaux nécessaires pour la mise en place de ces dispositifs.

En somme, le stockage à plat est un bon moyen pour maîtriser la commercialisation des céréales et faire face aux fluctuations de leur prix sur le marché. Il requiert cependant un système de refroidissement performant qui aide à conserver leurs valeurs nutritionnelles. Sans ce système, l’investissement dans la production et dans le stockage sera difficile à rentabiliser.

About the author

Irma Smith